5. Bloody Gamers

couvjess5petit   doscouvjess5


Extrait :

Il se souvenait bien de cette belle femme élégante au charme extraordinaire dont les yeux verts l’avaient totalement subjugué. Elle lui avait souri comme s’il était pour elle la personne la plus importante au monde… puis plus rien.

José Ribeiro ne mit pas longtemps à additionner un et un. Encore un peu étourdi, il se leva et, en trois pas, fut auprès de la porte de la salle. Sa main écrasa le bouton d’alarme.

Prrecios-art
Galerie Precios’Art. Ce n’est pas que tout ce qui est exposé possède une grande valeur mais lorsque l’on est esthète comme Sandra Bélize on préfère voler ce qui vous plait, y compris des tabatières anciennes tout à fait ravissantes. C’est plus personnel. Acheter, c’est d’un commun quand on peut dérober…

Extrait :

« Appel à toutes les unités. On recherche une Golf GTI blanche en fuite, immatriculée 1676VX75. Elle a été signalée pour la dernière fois près du quartier pavillonnaire des Fauvettes. Une femme est au volant. Elle vient de cambrioler la galerie d’art Precios’Art ».

GolfGTI2
On pique un peu, beaucoup, des tabatières, par exemple. Pas pour le coût, pour le jeu. Et puis on pique un sprint au volant d’une mignonne Golf GTI. Par amusement. Comme n’importe quelle kleptomane qui ne serait pas Sandra Bélize. Seulement voilà, quand on est Sandra Bélize, on ne peut pas faire dans la délinquance ordinaire…

Extrait :

Le jour était levé et on voyait nettement la bâtisse en pierre au premier plan, plus une grange et un hangar situés en retrait. D’un coup d’œil, le commissaire et son jeune adjoint reconnurent un fourgon de gendarmerie, une voiture de médecin d’urgence et deux véhicules arborant un macaron de presse. Quelques personnes, dont un photographe, attendaient devant la barrière, empêchés de passer par un gendarme. Que se passait-il ici ?

grange
Pas vraiment une photo d’archives, juste une image d’un bien de famille quelques temps avant l’horreur qui allait emporter le propriètaire et une partie des murs. On n’a pas besoin de forcément chercher Jess Morgan pour le trouver et il a la colère explosive.

Extrait :

Le commissaire lui dit en lui tendant une bouteille de Saint-Emilion 1er Grand Cru Classé Château Cheval Blanc 1988 :

– Qu’est ce que c’est que ce sourire niais ? J’ai un bouton sur le nez ou quoi ?

– Mais non, je pensais juste à une connerie.

– Utilise ton cerveau à de meilleures fins et on fera peut-être un jour de toi un grand policier, bougonna Nat en se débarrassant de sa veste et de son arme de service sur le canapé.

StEmilion1988
« Dis-moi ce que tu bois, je te dirai qui tu es », prétend le dicton. Jess Morgan aime le coca avec le caviar et le commissaire Jonathan Nat accompagne les spaghettis à la bolognaise avec ça. Bouteille sortie de sa cave personnelle parce qu’il est invité et qu’il s’agit là de sa version de la « cuvée du patron ».

Extrait :

C’était un salon, meublé dans un style assez impersonnel : un canapé, un minibar et un meuble hifi, une table basse, un living et deux dessertes au long du mur. Debout à côté d’un lecteur de CD se tenait Jess Morgan.

villa-menton
Ce n’est pas parce que l’on se fait un max de fric en tondant les moutons à la dure que l’on n’a pas des goûts simples au moment de louer une villa près de menton. Rien de remarquable. Rien de repérable, surtout.

Extrait :

Ils estimaient s’être très bien tirés d’une situation qui aurait pu devenir épineuse car ils n’avaient rien perdu dans l’affaire à part deux voitures qui, de toutes façons, étaient sacrifiées d’avance. La précieuse statuette scythe et l’argent volé à Alexis Latchev étaient là, dans un sac sur la banquette arrière, et ils avaient eu le temps de détruire l’ordinateur.

statuette-scythe
Dommage que Jess Morgan ne soit pas un féru de l’Histoire dans l’Art. Les Scythes, il aurait adoré, imprévisibles, insupportables et invincibles. D’un autre côté, ce bijou n’est jamais qu’une monnaie d’échange tout à fait dans l’esprit d’un peuple qui représentait sa divinité principale sous la forme d’une épée de fer plantée dans un bête fagot.

Extrait :

Il cligna des yeux et resta stupéfait en découvrant devant lui, sous la housse qu’il tenait encore en main, une table de roulette. Dès lors, il identifia aussitôt toutes les autres formes : chemin de fer, petite roulette, backgammon, poker, baccara, machines à sous, il devinait l’usage de chacune à sa silhouette. Il s’agissait d’une salle de jeux entièrement aménagée. Par conséquent, la lumière n’avait pas pu s’allumer toute seule comme il l’avait pensé en premier lieu.

casino
Il s’appelle Latchev, il a plusieurs casquettes, diplomate, meurtrier, trafiquant, propriètaire d’une salle de jeux clandestine destinée aux interdits de casinos. Un brave type, quoi! A part ça, il se fait un max de blé, ce qui justifie son dur labeur mais titille les vilains voleurs.

Extrait :

Aucune voiture n’étant en vue dans le virage en contrebas, il se hâta de tourner à gauche, engageant le lourd tracteur au milieu de la chaussée. Les énormes roues écrasèrent la ligne blanche en abandonnant quelques mottes de terre puis l’engin s’engagea sous les arbres de l’allée forestière qui rejoignait le haut du champ de betteraves. Dans deux secondes, la remorque aurait disparu à son tour.

tracteur
Encore une photo de famille. On reconnait la grange vue plus haut, derrière le tracteur. Même propriétaire mais le véhicule ne connaitra pas le destin funeste de son chauffeur un peu chauffard ni celui de la grange. Il y a tout de même une justice en ce bas monde et des rescapés dans les naufrages.

Extrait :

– Quel salaud ! Non mais vous avez vu ça ? Il a failli nous écrabouiller ! Et vous croyez qu’il se serait arrêté pour voir si on allait bien ? Je t’en fiche ; on aurait pu crever la gueule ouverte.

– Le gars a peut-être pas vu qu’on s’était viandés, suggéra Mathieu, toujours moins agressif que sa sœur.

Il la trouvait de mauvaise foi car, après tout, c’étaient eux les fautifs.

MotoGuzzi
Moto Guzzi V65 Florida, celle d’un certain Mathieu Heniez qui aurait mieux fait de continuer peinard à « porter des culottes et des bottes de moto » comme dans Piaf au lieu de chercher des poux à un Morgan agacé.

Extrait :

Embusqué dans l’escalier, le commissaire Nat prit le risque de se pencher de façon à voir ce qui se passait. Une femme ouvrit. Clope au bec, elle était simplement vêtue d’un déshabillé rose bonbon maculé de taches. Son visage outrageusement fardé ne parvenait plus à cacher une cinquantaine envolée depuis longtemps. D’une voix traînante aussi brouillée que son teint, elle demanda :

– C’est vous qu’il attend, Marietti ?

VieuxMenton
Le vieux Menton, c’est beau quand on apprécie le sordide. Remarquez que ce n’est pas ce qui gêne le plus les flics quand ils recrutent leur indics. De toutes façons, les balances, ça ne fait jamais bon poids. Les balances, c’est un fléau.

Extrait :

Penchés sur la berge au-dessus du torrent, les deux policiers du SIA scrutaient l’onde noire sans relâche. Au bout de quelques minutes, le commissaire comprit qu’il ne servait plus à rien de rester postés ici. Il dit à Luc :

– Ca fait trop longtemps qu’on attend ; on les a loupés. Soit ils ont pu sortir du torrent plus haut et sont en fuite, soit leurs corps sont restés pris entre les rochers.

petitPontTorrent
Bel endroit pour mourir si l’on a l’âme suicidaire et le spleen à fleur de peau, ce qui n’est pas vraiment le cas de Sandra et Jess. Alors, bel endroit pour s’évanouir dans la nature et échapper, une fois encore, à des chasseurs trop tenaces pour être aimables.

Extrait :

Comme Nat le craignait, les pas des deux hommes de Latchev s’étaient arrêtés. Ils écoutaient. Il se baissa sans bruit et se mit à caresser le chat pour le faire taire. Mais, après un dernier miaulement, cet imbécile de matou ne trouva rien de mieux que de se mettre à ronronner aussi fort qu’un réacteur de Boeing.

chat
Ce chat là précisément a failli coûter la vie au commissaire Nat. On comprend mieux pourquoi il a tenu à le prendre en photo. Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort.